ico-menu.svg
ico-search-org.svg ico-close.svg ico-user.svg
ico-button-back.svg
Relocaliser sa production en France : un enjeu majeur
Crédits: ©Charlotte Mazalérat

Relocaliser sa production en France : un enjeu majeur

Amandine Moggi
par Amandine Moggi - Modifié Il y a 2 semaines
Relocaliser sa production en France : un enjeu majeur
Crédits: ©Charlotte Mazalérat

Le « Made in France » est encore plus au cœur des préoccupations. Aussi, de plus en plus d’entreprises textiles tentent, aidées par le Gouvernement, de relocaliser leur production en France. Les objectifs sont nombreux : contribuer à la préservation de l’environnement, privilégier la main d’œuvre locale ou encore répondre aux attentes des consommateurs. La relocalisation apparaît ainsi comme un véritable enjeu pour l’industrie textile en France. Cependant, le processus s’avère plus complexe qu’il n’en a l’air.


Les avantages d’une relocalisation textile en France

Si la relocalisation est envisagée par de nombreuses entreprises en France, c’est parce qu’elle présente des avantages non négligeables.


La réduction des émissions de CO² : l’atout principal de la relocalisation

Produire local permet logiquement de diminuer l’empreinte carbone. D’après une étude réalisée par l’agence Cycleco en 2021 : « chaque kilo de textile produit en France réduit de moitié notre empreinte carbone par rapport à une production en Chine ». De plus, « 1 kg de textile importé génère 54 kg d’équivalent CO², soit deux fois plus que du textile produit en France (27,7 kg d’équivalent CO²) ».


Pour garantir l’origine du produit textile, certaines entreprises mettent en avant la certification « Origine France Garantie ».


Considérée comme plus « transparente » et plus exigeante que la mention « Made in France » qui est auto-déclarative, le label « Origine France Garantie » s’applique sur un vêtement lorsque son prix de revient unitaire est de 50 % à 100 % d’origine française et qu’il a parcouru une faible distance.


Autre avantage de la réindustrialisation en France : favoriser l’emploi

En achetant un vêtement labellisé Origine France Garantie, le consommateur « soutient » indirectement l’emploi dans le secteur du textile en France. Selon l’étude réalisée par Cycleco, « en achetant un produit fabriqué en France par personne et par an, 4 400 emplois sont créés ». Quand on sait que sur 88 millions de jeans vendus en France, seuls 100 000 y sont fabriqués, on comprend pourquoi le nombre d'emplois dans le secteur du textile baisse d’année en année.


La traçabilité textile au cœur des stratégies de réindustrialisation

Le chiffre est édifiant : 97,7 % du textile acheté en France est du textile importé. Pour changer la donne, de plus en plus d’entreprises de la filière textile mettent en place des stratégies de relocalisation de fabrique textile.


Récemment, la traçabilité textile a fait son apparition. Celle-ci vise à encourager les entreprises à relocaliser leur production, en les obligeant à renseigner l’origine de leurs vêtements (et plus précisément l’origine de la matière première et des 4 étapes de fabrication) ainsi que leur performance carbone sur une étiquette accessible aux consommateurs.


Depuis 2023, les entreprises réalisant un chiffre d'affaires supérieur à dix millions d’euros doivent s’y soumettre. Par ailleurs, un baromètre mesurant l’évolution de leur empreinte carbone d’année en année est également envisagé par l’Union des Industries Textiles.


En intégrant l’éco-conception (produire de manière durable) et le recyclage des vêtements dans sa stratégie, la relocalisation de la production textile en France permettrait de réduire l’empreinte carbone de moitié d’ici 2050.



Quand la relocalisation est synonyme de réussite

De nombreuses entreprises de toutes tailles entreprennent une réindustrialisation. La plupart profitent des dispositifs d’aide du gouvernement : le plan de Relance lancé en 2020 (qui a permis de soutenir plus de 780 projets de relocalisation), et plus récemment le plan France 2030.

Voici quelques exemples de projets et de succès :

  • 1083, l'entreprise pionnière du jean Made in France. Les étapes de fabrication sont (presque) toutes réalisées à moins de 1083 km de chez le consommateur.
  • Aigle est parvenu à relocaliser dans la Vienne une partie de sa production asiatique de bottes en caoutchouc ;
  • L’Atelier d’Ariane, spécialisé dans le textile technique et de luxe, et sa nouvelle usine « ultra robotisée » implantée à Troyes. Son objectif ? Créer des emplois et faire perdurer un savoir-faire ;
  • Le groupe « Fashion Cube » créé par la famille Mulliez (détenant de nombreuses marques de prêt-à-porter) et son usine le « Fashion Cube Denim Center » à Neuville-en-Ferrain qui entend produire plus de 400 000 jeans par an (à partir d’une matière 100% recyclée) dans le nord de la France, créant ainsi de nombreux emplois ;
  • Kiplay, marque éco-responsable de tenues professionnelles, relocalise progressivement sa production dans son usine textile en France à Saint-Pierre-d’Entremont dans l’Orne ;
  • Tissage de France produit des jeans dans son nouvel atelier de Rupt-sur-Moselle dans les Vosges après avoir investi 800 000 euros ;
  • Petit Bateau et son projet de « plateforme régionale de production à la demande » ;
  • Puma et sa collection Made in France produite en France ;
  • Le Slip Français, créé il y a 10 ans, a fait du Made in France sa spécialité. Cette entreprise française travaille avec des fabricants français et ne compte pas changer son fusil d’épaule puisqu’elle a noué un partenariat avec Raidlight (Isère) afin de proposer des sous-vêtements de sport ;
  • Les Tissages de Charlieu et son projet de production de sacs cabas conçus avec des textiles recyclés à Charlieu dans la Loire pour le groupe Auchan. Ce groupe produit également les sacs de l'Indispensac, marque française ;
  • Tricots Saint James et sa relocalisation dans la Manche ;
  • Velcorex (Haut-Rhin) : Pierre Schmitt, le PDG, a réussi à relancer toute une filature de lin dans l'Est de la France. Deux autres groupes de la filière lin - Safilin et NatUp – ont également développé une filature de lin Made in France.





Obstacles et difficultés face au désir de réindustrialiser

Malgré tous les bienfaits qu’elle pourrait apporter sur le long terme, la réindustrialisation textile en France s’avère bien souvent compliquée à mettre en place. La faute à plusieurs obstacles et difficultés :

  • l’inflation et les prix plus élevés liés à la relocalisation peuvent dissuader les consommateurs d’acheter du « Made in France » ;

  • la hausse de l’énergie en France peut impacter la santé économique de l’entreprise relocalisée. Pour tenter de contrer ce problème, certaines entreprises ont prévu de créer leur propre énergie par le biais de panneaux solaires ;

  • le manque de main d’œuvre qualifiée Pour faire face à cela, des entreprises ouvrent leur propre centre de formation, comme l’école Epicc (École de production industrielle de couture et confection) ouverte en 2021 ; 
  • la hausse des coûts de production et des matières premières (souvent de meilleure qualité) est bien évidemment la difficulté majeure d’une relocalisation textile en France ;
  • le montant élevé des charges et taxes en France contrairement à d'autres pays tel sue :a Bulgarie, le Portugal, la Roumanie, la Tunisie, la Turquie, etc.

Selon le ministre de l’économie Bruno Le Maire, relocaliser en France toute la production textile n’est pas envisageable car trop coûteux : « Nous ne serions pas compétitifs ». Produire en France est en effet 3 fois plus cher que de produire en Chine.


Si la relocalisation est possible, elle n’en reste pas moins compliquée, d’autant plus pour les multinationales. Les coûts engendrés et la rentabilité sur le long terme demeurent les principales difficultés. Toutefois, les progrès en matière de transition écologique (recyclage) pourraient peut-être faciliter la réindustrialisation… à suivre.



  









Sources d’inspirations

Cpmerhône : 1083 :
Amandine Moggi
Rédigé par Amandine Moggi
ico-souples-org.png
Cordonnier-bottier
En veille sur les matériaux, les savoir-faire et les techniques.

ico-comment.png Commentaires

Pour laisser un commentaire, veuillez vous connecter ou vous inscrire.

S’inscrireSe connecter