Publications

Faut-il limiter les exportations de bois français ?

Par Alexandre Douet - Modifié Il y a 4 jours

Lecture moins 2 minutes

Faut-il limiter les exportations de bois français ?

(CC BY 2.0) Sam Beebe

Faut-il limiter et sécuriser nos exportations de grumes en chêne et résineux ?


La réponse ne semble pas si simple, car la forêt française est détenue à 75% par des propriétaires privés qui délèguent leurs parcelles à des coopératives forestières. Le bois est donc vendu selon les lois du marché.


Peut-être faudrait-il alors prioriser la demande intérieure avant l’exportation, cependant qui va vérifier que celle-ci ne passe pas par plusieurs intermédiaires locaux avant d’être exportée ?


Avec une forte tension sur le bois actuellement et selon le principe de l’offre et de la demande les prix augmentent. Est-il envisageable que les propriétaires de forêts privées soient prêts à vendre aux prix du marché local quand des traders leur proposent d’acheter leurs bois, dix, vingt, trente pourcents plus chers ? Cela devient une question d’éthique et je ne suis pas sûr que la finance mondiale fonctionne avec des critères moraux.


En attentant, la question semble être étudiée par le ministère de l’Agriculture qui cherche, au-delà d’apporter une réponse nationale, des solutions au niveau de l’Union européenne.


Vous trouverez ci-dessous un reportage de France Culture sur la fuite du chêne français en Chine. Je pense qu’il ne faut pas s’arrêter à l’exportation vers la Chine en particulier, mais plutôt aux questions d’exportation et d’émissions de dioxyde de carbone que cela génère.


https://www.franceculture.fr/emissions/le-reportage-de-la-redaction/la-fuite-du-chene-francais-en-chine


À suivre …


Commentaires