Publications

En quoi les constructions d’immeubles en bois grande hauteur constitueraient-elles une opportunité ?

Par Mathieu Douerin - Publié Il y a 9 mois

Lecture 4 minutes

En quoi les constructions d’immeubles en bois grande hauteur  constitueraient-elles  une opportunité ?

Mathieu Douérin

         Le bois est à l’origine des premières constructions. Notre habitat n’a jamais cessé d’évoluer avec ce matériau le plus utilisé dans le monde avant le 18ème siècle. Pourtant bâtir un immeuble en bois est aujourd’hui source d’innovation et d’évolution. De 4, 6, 8,10 et + d’étages, les immeubles en bois réapparaissent aujourd’hui comme une source de possibilités infinitésimales. Les bâtiments en bois ont toujours été modulables, modifiables. D’une structure apparente tels les pans de bois à une structure invisible derrière un parement, elles permettent toutes de modifier l’espace intérieur des bâtiments en fonction de l’évolution du lieu. Aujourd’hui à la pointe de l’écologie, les constructions en bois de grandes hauteurs adhèrent aux changements des principes constructifs. Ce changement d’approche écologique touche directement le secteur de construction bois.

Immeuble perspective - Bordeaux

De nombreux immeubles en bois se construisent dans nos cités. Ces constructions durables, performantes et qualitatives permettent à la filière de construction en bois de répondre aux normes et réglementation en vigueur engendrées par une évolution climatique. L’ossature bois, les constructions en CLT, les structures poteaux-poutres doivent apporter sans cesse à la construction en bois et à la préfabrication des innovations. Ecologiquement le bois a la capacité de stocker du carbone via la photosynthèse. Les arbres se renouvèlent naturellement avec leurs graines. En plus de promouvoir un degré de qualité élevé sur l’ensemble de ses constructions, les constructions en bois préfabriqué ne demandent pas d’eau, elles sont moins bruyantes à leur mise en place et se construisent plus rapidement avec moins de personnel.

De la conception de maquette 3D BIM, mise en forme par des machines à commande numérique, la préfabrication des constructions en bois permet un assemblage précis des éléments de l’ordre du millimètre. L’association avec des pièces standard ou sur-mesure offre en fonction des usages, assemblages et réservations, des complexes à mettre en œuvre ou les modifications des pièces sur un chantier n’ont plus lieu d’être. Ces complexes multicouches sont multiples, ils dépendent de nombreux facteurs environnementaux. Les bureaux d’études conçoivent aujourd’hui des plans d’exécution où la prise en compte de tous ces facteurs ne laisse plus de place à une erreur à reprendre. Le gain de temps sur le chantier se gagne à la conception.

The Stadhaus à Londres et le complexe d’appartement Forte à Melbourne font figurent de pionnier dans la construction d’immeubles en bois de grandes hauteurs. Depuis toujours nous connaissions des immeubles de 6, 7 étages mais la construction de ces deux bâtiments a ouvert une nouvelle voie pour ces édifices. Maintenant de nombreux projets apparaissent de plus en plus hauts. The Stadhaus à Londres propose une trentaine de logements avec des bureaux et commerces au rez-de-chaussée. La totalité du bâtiment est en bois : la cage d’escalier, la structure, les murs et les planchers… The Stadhaus s’est érigé en 9 semaines avec 3 ouvriers. Comparé au même immeuble en béton, l’utilisation du bois a permis de réduire les émissions de carbone. 186 tonnes de CO2 stockés dans le bois, 124 tonnes de CO2 économisées en utilisant du béton soit un total de 310 tonnes de C02. Ce qui représente à l’échelle de ce projet, 21 années d’émission de CO2 en plus pour un immeuble en béton. La notion d’écologie dans la construction prend ici tout son sens. Depuis la tour MjØstrånet terminée début mars 2019 en Norvège culmine à 85,4m.

On a tous en mémoire des récits et écrits historiques de grands incendies de cités. Aujourd’hui, les immeubles en bois actuels ont une excellente tenue au feu, il y a deux paramètres à prendre en compte la stabilité au feu et le risque de propagation. Le bois brûle, quand il se consume, il garde ses capacités de portance et mécaniques en diffusant la chaleur 10 & 250 fois moins vite que le béton et l’acier. Pour éviter la propagation on peut appliquer des produits ignifuges de surface qui agissent par intumescence ou par écran. Une imprégnation autoclave peut aussi être appliquée au moment de la fabrication. De nos jours, la législation et les normes sont les mêmes à respecter pour tous les matériaux utilisés dans la construction. La majorité des incendies est souvent due au comportement des gens, à l’état des installations électriques ou aux ustensiles du quotidien. Rarement des matériaux de structure comme le bois, l’acier et le béton s’enflamment.

Aujourd’hui, les constructions en bois représentent à peu près 10% des parts de marché en France, contre 15% en Allemagne, 35% en Scandinavie et 40% en Amérique du Nord selon une étude du cabinet Alcimed commandée par le pôle interministériel de prospectives et anticipations des mutations économiques. Dans le rapport rendu public de cette étude en 2012, ce cabinet rappelle que la charte bois environnement et constructions signée en 2001 préconisait d’atteindre une part de marché de 15% en 2010 et 20% en 2020. Ces données seront atteignables quand une modification des consciences constructives évoluera vers le bois pour atteindre la maison individuelle.

La construction des immeubles en bois de grandes hauteurs commence son apogée. Nous en sommes aux prémices, hier 6 à 7 étages, demain 50 et plus encore. La conception de ces bâtiments, tours permettra de réduire les émissions de CO2 dans les bâtiments. Une rapidité de mis en œuvre sera mise en avant par rapport au coût de construction : temps x matériaux. A l’aube de forêts urbaines, notre perception de l’espace privé et public sera-t-elle différente ? Notre environnement deviendra-t-il plus sain en augmentant notre capacité à ériger des immeubles de grandes hauteurs en bois ?

Commentaires