ico-menu.svg
ico-search-org.svg ico-close.svg ico-user.svg
ico-button-back.svg
L'art de l'espalier fruitier au service de la biodiversité
Crédits: CC BY 2.0 - Karen Poe

L'art de l'espalier fruitier au service de la biodiversité

Charlotte Mazalérat
par Charlotte Mazalérat - Modifié Il y a 1 mois
L'art de l'espalier fruitier au service de la biodiversité
Crédits: CC BY 2.0 - Karen Poe

La pratique de l'espalier fruitier s'est développée au fil des siècles pour produire des fruits facilement accessibles, tout en économisant l'espace au sol et en permettant une production régulière. Aujourd'hui, cet art fait partie du patrimoine. Cette technique est plébiscitée au service de la biodiversité, au bien-être jusque dans des lieux urbains.


1/ Les origines


L'art de l'espalier fruitier remonte à l'Antiquité et s'est développé principalement dans les jardins des monastères et des châteaux au Moyen Âge et en Égypte ancienne.


Les arbres fruitiers étaient cultivés le long des murs pour maximiser l'utilisation de l'espace. Les Romains ont également adopté cette méthode, perfectionnant les techniques de taille pour obtenir des formes géométriques. Au Moyen Âge, la conduite en espalier s'est répandue dans les monastères.


À partir de la Renaissance, sous le règne de Louis XIV, les fruits ont été davantage mis en avant afin de les marquer du sceau du prestige. Jean-Baptiste de la Quintinie, créateur du Potager du roi à Versailles, a mis au point la culture en espalier des arbres fruitiers, en élevant des murs destinés à les accueillir et couper les vents.


Aujourd'hui, la culture des arbres en espalier est toujours pratiquée dans les petits jardins et les vergers, pour son aspect ornemental mais également pour le gain d'espace favorisant un rendement rapide non négligeable.


Des pépiniéristes et des horticulteurs spécialisés proposent même des variétés d'arbres fruitiers préformées, c'est-à-dire déjà adaptées spécifiquement à cette méthode de conduite.


2/ Conservation des collections arboricoles et patrimoine culturel


L'art de l'espalier fruitier a été reconnu, en juin 2023, comme faisant partie du "Patrimoine Culturel Immatériel en France" par le ministère de la culture. Cette pratique permet de réintroduire les arbres fruitiers en ville, avec des bénéfices pour l'environnement et le bien-être ; voir ici.


Les vergers célèbres

Le jardin fruitier du Jardin du Luxembourg a été fondé vers 1650 par un habitant de Vitry, Frère Alexis, au sein de la Chartreuse de Paris, ce verger a prospéré grâce à la passion et au talent des moines chartreux. La collection fruitière s'est développée au fil des siècles, mais a connu des périodes difficiles, notamment pendant la Révolution française. Heureusement, grâce à l'intervention de Jean Chaptal, ministre de l'Intérieur de Napoléon Ier, la collection a été sauvée et réinstallée au Jardin du Luxembourg.


Aujourd'hui, cette collection compte plus d'un millier d'arbres et rassemble :

  • 379 variétés de pommes ;
  • 247 variétés de poires.

Classé comme verger conservatoire, ce jardin fruitier est dédié à la préservation et à la reconstitution de la collection de fruits des Chartreux. Il sert également de support à des cours dispensés par l'École d'Horticulture du Jardin du Luxembourg, tout en participant à des expositions pomologiques.


Les jardins de l'abbaye de Port-Royal des Champs à Magny-les-Hameaux mettent en lumière le verger du XVIIe siècle conçu par le maître jardinier Robert Arnaud d’Andilly. Celui-ci a réalisé des expériences innovantes pour obtenir de meilleurs fruits, telles que le greffage des poiriers et le palissage des arbres. Les variétés de poires de l’époque ont été replantées grâce à la découverte de plans du XVIIIe siècle, et le verger est entretenu de manière naturelle, sans engrais chimiques.


L'abbaye disposait également de jardins utilitaires dès le XIIIe siècle, évoluant au fil du temps pour devenir une référence en matière d’expérimentation horticole. Aujourd'hui, les jardins offrent des espaces pédagogiques et médicinaux, en lien avec des associations locales. Le site est ouvert au public, avec des horaires spécifiques et des tarifs variant selon les catégories de visiteurs.


Transmission des savoir-faire

La France est reconnue pour son excellence dans ce domaine, et les praticiens souhaitent transmettre cet art aux générations futures. Une demande d'inscription a été déposée, et l'appel est lancé pour associer le plus grand nombre d'amateurs à ce mouvement.


3/ Techniques de palissage des arbres fruitiers


La conduite en espalier des arbres consiste à guider les arbres le long d'un support plat pour obtenir une forme horizontale et régulière, idéale pour les petits jardins.


Essences d'arbres fruitiers

De nombreux arbres fruitiers peuvent être conduits en espalier. Les plus propices à cette forme de culture sont :

  • les arbres fruitier à pépins comme les figuiers, les poiriers, les pommiers ;
  • les arbres fruitiers à noyaux : les abricotiers, les cerisiers, les cognassiers, les pêchers, les pruniers.

Les différents types d'espaliers fruitiers en France

La taille de formation et la taille de fructification sont des pratiques essentielles pour maintenir la structure des arbres et favoriser la production de fruits de qualité.


Les arbres sont guidés le long de fils pour leur donner des formes spécifiques comme :

  • le candélabre ;
  • le cordon ;
  • la palmette ;
  • le U.

L'art espalier fruitier pratiqué dans d'autres pays

Cet art n'est pas uniquement un savoir-faire français. Il se retrouve dans d'autres pays : l'Australie, la Belgique, l'Italie, la Nouvelle-Zélande. 


Cette pratique est par ailleurs très répandue au Japon, où elle est connue sous le nom de "niwaki". Au Japon, la culture des arbres fruitiers en espalier fait partie intégrante de l'art des jardins traditionnels. Les jardiniers japonais utilisent des techniques de taille et de palissage spécifiques pour donner aux arbres des formes géométriques élégantes, tout en maximisant la production de fruits.


4/ Culture fruitière et ornementale : atouts et freins


Les principaux avantages de l'espalier fruitier 

  • cultiver des arbres fruitiers dans des espaces restreints, en les palissant contre un mur ou un treillis ;
  • améliorer la qualité des fruits en favorisant leur exposition au soleil et une meilleure circulation de l'air ;
  • faciliter les opérations de taille, de traitement et de récolte grâce à l'accessibilité des fruits ;
  • permettre une fructification plus rapide, en 1 à 2 ans après la plantation, comparé aux formes libres ;
  • offrir un aspect ornemental et contemporain au jardin.
  • rendre possible la culture de certaines espèces fruitières exigeantes sous des climats moins cléments.

Les principaux inconvénients de l'espalier fruitier 

  • la formation de l'espalier est longue, pouvant prendre 5 à 6 ans avant que l'arbre ne soit complètement formé ;
  • l'espalier est plus sensible au vent en raison de sa forme plate et souvent en hauteur, ce qui peut fragiliser l'arbre ;
  • la taille et le palissage réguliers de l'espalier demandent un travail plus important que pour des formes libres ;
  • la production de fruits est généralement plus limitée sur un espalier que sur un arbre sous forme libre ;
  • certaines variétés ne se prêtent pas bien à la conduite en espalier, il faut donc bien se renseigner auprès d'un pépiniériste ;
  • pour les formes en U ou palmette, la récolte peut être plus difficile en raison de la hauteur de l'arbre.

5/ L'art espalier en ville : est-ce possible ?


Si cette pratique est répandue en zone rurale, dans les petits jardins ; elle peut aussi s'adapter à une zone urbaine même si la durée de vie d'un arbre fruitier palissé est plus courte qu'un autre arbre poussant librement.


Les arbres fruitiers palissés sont bien adaptés pour la culture en ville :

  • les arbres peuvent être installés le long d'un mur ;
  • ils occupent peu d'espace au sol grâce à leur forme palissée, ce qui les rend idéaux pour les petits jardins ou les espaces verts urbains ; voir certaines essences peuvent trouver une place sur un balcon, une terrasse ;
  • leurs branches sont maintenues de manière symétrique, ce qui leur donne un aspect esthétique intéressant et les intègre bien dans l'environnement urbain ;
  • leurs fruits sont facilement accessibles pour la cueillette, ce qui favorise l'implication des citadins. Des initiatives comme les "vergers urbains" en impliquant les habitants dans leur gestion ;
  • leur faible envergure racinaire permet de les planter à proximité des bâtiments, y compris sur les toits et les balcons.

L'art espalier fruitier demande de la patience.


Les praticiens cherchent à préserver et transmettre ce savoir-faire, essentiel à la préservation des jardins historiques et au développement de l'arboriculture fruitière urbaine.


Par ailleurs, il donne la possibilité :

  • aux jardiniers-paysagistes de les choisir pour le côté décoratif dans les jardins d'ornement, pour agencer les espaces verts, les jardins, promouvoir l'ornementation avec des arbres à fruits comestibles ;
  • aux professionnels des métiers de bouche tels que les restaurateurs, les chefs cuisiniers, les pâtissiers de créer leurs vergers et associer à leurs recettes des fruits de saison en circuit court.







Publication créée le 26 avril 2024

Mise à jour le 14 mai 2024


Charlotte Mazalérat
ico-souples-org.png
Documentaliste
Documentaliste chez les Compagnons du Devoir. Administratrice et modératrice sur le site DuMétier.

ico-comment.png Commentaires

Pour laisser un commentaire, veuillez vous connecter ou vous inscrire.

S’inscrireSe connecter