Publications

Tapis anti-fatigue

Par Philippe Conan - Modifié Il y a 4 semaines

Lecture moins 2 minutes

Tapis anti-fatigue

Paul Trienekens


Le métier de menuisier s’exerce debout, une position qui demande une bonne aptitude physique et de l’endurance. Pour notre corporation, un équipement de travail règlementaire est de rigueur afin de travailler en toute sécurité et notamment avec de bonnes chaussures de sécurité.


Nos sols d’ateliers sont souvent constitués d’une simple dalle de béton, ce qui n’était pas le cas auparavant. Des planchers en panneaux ou lames de bois permettaient une isolation thermique, phonique et servaient comme aire d’épure pour tracer nos escaliers par exemple.


Certains ateliers avaient ou ont encore des sols réalisés avec des cubes de bois de bout, ce qui permet une usure moindre du sol et une bonne isolation. Tous ces types de sols bois permettent l’absorption des vibrations que subit le corps lors de l’emploi de ponceuse excentrique plus particulièrement.


Avec l’arrivée des machines à bois nouvelle génération où tout est informatisé et  programmé, la position du menuisier est de plus en plus statique. Des heures à contrôler que la machine usine correctement ou à devoir seulement approvisionner celles-ci font que le corps souffre plus. Etre debout pendant des heures en piétinant n’est pas évident.


C’est ainsi que des tapis anti-fatigue font partie intégrante des nouveaux ateliers afin d’aider l’ouvrier à tenir debout au même endroit pendant un temps prolongé.


Ces tapis font diminuer les risques de Troubles Musculo-Squelettiques (TMS), permettent une meilleure circulation sanguine et offre un confort de travail appréciable.


Toute une gamme de tapis est disponible pour répondre à un poste de travail bien spécifique. Que ce soit en milieu sec, en milieu humide, avec ou sans trace d’huile ou encore classés feu, les postes aux machines ou à l’établi pourront être équipés selon le besoin.










Commentaires