Publications

Ecole philomathique de Bordeaux

Par Philippe Conan - Modifié Il y a 2 semaines

Lecture 2 minutes

Ecole philomathique de Bordeaux

Georges Daney

Ecole Philomathique de Bordeaux



Selon le Larousse universel de 1923 la définition du mot Philomathique est : « du préf. philo, et du gr. manthanein, apprendre. Qui aime, qui cultive les sciences : société philomathique ». On peut en déduire : « aimer apprendre » ou « aimer les sciences ».


L’Ecole Philomathique de Bordeaux existe depuis 1808 grâce à la création d’une association qui regroupe des scientifiques et des artistes bordelais. Le but est de permettre l’accès au savoir, à la culture, aux sciences et aux techniques par le biais de cours pour adultes.


Les premiers cours sont organisés en 1827 pour des chefs d’entreprise, des ouvriers. Dès Mai 1839, ce sera un enseignement primaire et professionnel pour adultes de la classe ouvrière. Ces cours seront gratuits pour tous. À l’inauguration en août de la même année, il y avait 400 élèves à la Philomathique. Les premiers cours de formation en menuiserie furent ouverts en 1850.


En 1859, Charles Fieffé lègue sa fortune à la municipalité de Bordeaux afin qu’un bâtiment soit construit pour accueillir la jeunesse. Il souhaite promouvoir la connaissance, c’est la naissance de la « Société Philomathique de Bordeaux » en juillet 1859.


Il faut souligner que des cours gratuits pour les femmes sont dispensés à la Philomathique en 1866, initiative rare à l’époque.


En 1869, avec le legs, la municipalité de Bordeaux fait donc construire un bâtiment au n° 66, rue Abbé de l’Epée.


Avec cet héritage et cette expérience pédagogique, les premiers cours de formation en menuiserie sont proposés et plus largement aux métiers du bois. Un Pôle Menuiserie a été créé. Les demandeurs d’emploi, les particuliers, les salariés en CPF ou en reconversion, peuvent venir se former.


Les diplômes de CAP Menuisier (Certificat d’Aptitude Professionnel), de BP Menuisier (Brevet Professionnel) jusqu’au BM Menuisier (Brevet de Maîtrise) sont proposés.



Depuis toutes ces années de transmission du savoir, du geste maîtrisé, des hommes de métier ont atteint le plus haut niveau professionnel. C’est ainsi que plus de cinquante menuisiers formés à la Philomathique ont eu leurs efforts récompensés par le titre de « un des Meilleurs Ouvriers de France ».


D’ailleurs Pierre Claverie, « Meilleur Ouvrier de France » en 2015, enseigne aujourd’hui notre beau métier de menuisier à la Philomathique. Il est aussi formateur référant du Pôle Bois.


Historique des enseignants à l’école philomathique


Monsieur GERVAISE fût le premier professeur de trait en menuiserie de 1850 à 1870


Monsieur ROCHETTE Louis, enseigna le trait de menuiserie de 1870 à 1906.


Monsieur DUPHIL Joseph, Mof honoris causa, enseigna le trait de menuiserie et forma des Mof de 1906 à 1956. Il a même réalisé une épure d’arrière-voussure pour le Roubo moderne.


Monsieur MORLAAS Léopold, Mof 1933, enseigna le trait de menuiserie et forma des Mof de 1956 à 1977.


Monsieur CLAIRAC Alain, trois fois « un des Meilleurs Ouvriers de France », en menuiserie en 1976, en charpente en 1980 et en menuiserie en siège en 2007, enseigna le trait de menuiserie et forma des Mof de 1977 à 2007.



Bulletin de la Société Philomathique de Bordeaux en 1893


Extrait : « Le cours de menuiserie, dirigé de la manière la plus distinguée par Rochette et Carré, s'est particulièrement signalé cette année. Les ouvrages y étaient plus nombreux que par le passé; leur exécution attestait aussi, dans l'ensemble, un réel progrès. A mentionner surtout deux chaires a prêcher fort bien faites par Joseph Dupil et Charles Lansalot, une porte cintrée, en plan et en élévation, de Louis Gagnadoux, et quelques autres travaux signés Louis Rochette, Fernand Lanier, etc. »



Commentaires